La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Angry-Gaymer
Le Blog des Gais, Gaymers, et des Gamers de gauche
Actu | Culture | Jeu vidéo | 11.02.2016 - 14 h 59 | 0 COMMENTAIRES
Skyrim : Un bon jeu avec une écriture médiocre ?

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

The Elder Scrolls est une série de jeu vidéo peu médiatisée si on la compare à « Grand Theft Auto », « Mass Effect » ou « Super Mario ». Le cinquième épisode, « The Elder Scrolls V : Skyrim », développé par Bethesda et sorti en 2011 est considéré comme un des jeux majeurs de ces dernières années. La liberté de mouvement via le monde ouvert n’est d’ailleurs pas pour rien dans le changement de style de Tomb Raider, Dragon Age et quelques autres licences. Retour sur un bon jeu avec un défaut un peu particulier : l’écriture.

The Elder Scrolls V : Skyrim est un action-RPG à la première personne, les néophytes pourraient d’ailleurs facilement le confondre avec un simple jeu de guerre. La série elle-même, suit l’histoire du monde de Tamriel et non l’histoire d’un héros. (ex : Tomb Raider suit les aventures de Lara Croft)
« Le jeu raconte l’histoire de l’Enfant de Dragon (Dragonborn) qui étant le seul mortel ayant une âme de dragon, est aussi le seul capable de faire face au retour des dragons qui ressuscitent partout dans la contrée de Bordeciel et de leur chef, le puissant Alduin dont le retour annonce la fin prochaine du monde. »

Skyrim : Un personnage gay, reptilien et sorcier, c’est possible.
Bethesda exploite pleinement dans Skyrim, ce qui fait le succès de la série des Elder Scrolls : la liberté du joueur. Vous avez, pour débuter, le choix entre un grand nombre de race, de l’homme-chat au reptilien, de l’elfe des bois à l’orque en passant par l’humain standard. Ensuite en matière de compétences à développer, le jeu vous donne une grande liberté également, car il ne vous limite pas à une classe particulière comme le font beaucoup de RPG en proposant uniquement : Sorcier, Voleur, Guerrier. Vous avez ici le choix entre ces trois grands ensembles mais vous êtes

Ceci est une situation standard.

libre de naviguez entre ces différentes catégories pour développer un voleur utilisant des sorts par exemple.
Pour les joueurs et joueuses homosexuel(le)s, si les relations sont peu développées, vous aurez au moins loisir de faire un beau mariage. Et oui, Skyrim était en avance sur la loi Taubira ! Le seul reproche du côté du genre, est l’absence de personnage transgenre, même si quelques « mods » et des vetements bien choisis peuvent régler le problème pour votre héros.
Je parle de « mods » mais développons un peu. Les mods sont des fichiers qui modifient le jeu. L’aspect, les quêtes, les chansons et tous les aspects du jeu peuvent être modifier par celui qui s’y connait un peu. Les autres peuvent télécharger ces fichiers gratuitement sur les sites dédiés. Cette démarche de Bethesda est intelligente dans la mesure où le jeu se réclame d’une totale liberté, la manipulation des fichiers du jeu doit être libre elle aussi. C’est aussi grâce à ces mods qu’on se retrouve avec un Skyrim de 2011 modé, plus beau que Fallout 4 du même éditeur et disponible depuis 2015, et que l’éditeur ne fait guère d’effort pour corriger les bugs du jeu estimant que la communauté s’en occupera.
Skyrim n’est pas un jeu qui s’apprécie de la même façon qu’un Call of Duty ou un Mass Effect. Dans Skyrim, l’histoire centrale est un prétexte à l’exploration d’un monde. Votre but n’est pas de suivre le scénario mais de découvrir un univers et de vivre vos propres aventures, écrire votre propre histoire. Peut-être au coin d’une rue trouverez-vous un cadavre dont tout le monde ignore l’origine ? Peut-être découvrirez-vous une épave tout au fond d’une mer agitée ? Vous pourriez même aider une déesse pour devenir son champion ? Les possibilités sont multiples et les quêtes nombreuses.

N.B : Le seule véritable défaut de gameplay est l’inventaire pour les joueurs PC.

Les gardes, générateur de blague.

En Bordeciel, les personnes sont chiantes…
Durant votre périple, vous allez faire la rencontre de nombreux soldats, paysans, sorciers, voyageurs. Et rapidement, ils deviendront encombrants et ennuyeux. L’exemple des gardes des différentes villes est assez parlant. Ils sont très nombreux dans le jeu, par conséquent, les lignes de dialogues seront rapidement épuisées. Le mème internet « Avant, j’étais aventurier et puis, j’ai pris une flèche dans le genou » est symptomatique du problème. Dans la mesure où ces soldats sont des personnages génériques ce n’est pas un problème. Malheureusement le problème viendra rapidement avec les autres personnages plus importants.
Malgré des efforts pour mettre les dialogues en lien avec la vie de votre personnage, certaines personnages s’adressent à vous d’une manière incohérente. Dans la ville de « Blancherive » même si vous êtes un compagnon, c’est-à-dire, un mercenaire, un homme dans la rue vous demandera si vous voulez devenir mercenaire. De plus, les personnages vous parlent de manière systématique quand vous approchez d’eux, ce qui casse l’immersion, d’autant que même les PNJ qui ne propose pas de quêtes agissent ainsi.
Les dialogues ne donne déjà pas envie de mettre de l’enjeu mais en plus la localisation française est catastrophique. Les personnages ont souvent l’air mort à l’intérieur tellement les voix sont monocordes et lasses.
Assez ironiquement, on se retrouve dans Skyrim, à préférer les phases où nous sommes seuls, la présence de PNJ cassant l’immersion plutôt que de la renforcer. Par suite, on découvre un problème inhérent aux sagas comme The Elder Scrolls ou Fallout, les personnages non-jouables, qui doivent créer de l’empathie pour mettre de l’enjeu dans les quêtes échouent lamentablement. On se retrouve à combattre des ennemis pour le plaisir du combat et la joie de trouver des objets de valeur dans les donjons plutôt que pour résoudre les quêtes et améliorer le monde de Tamriel. Dans un jeu de rôle papier, quand les joueurs n’ont d’intérêt que pour les combats et les trésors, c’est le signe que le maître du jeu, celui qui dirige la partie, n’est pas bon.

Une quête principale prétexte…

Skyrim avec un mod graphique.

Les quêtes principales sont souvent des prétextes dans les jeux vidéo. C’est le cas dans des jeux comme Doom, Serious Sam et Diddy Kong Racing, et c’est normal. Dans le jeu vidéo, c’est le gameplay qui est important. Mais pour le cas des RPG, dont Skyrim, le cas est plus complexe. Pour illustrer la problématique, on pourrait étudier deux jeux de société : le jeu de rôle papier « L’appel De Cthulhu » et le Monopoly. Le premier s’appuie autant sur la mécanique que sur le scénario, alors que le Monopoly ne s’appuie que sur ces mécaniques et ne raconte rien.
Ici la quête principale/prétexte est donc un problème. S’ajoute à cela des personnages qui sont aussi mauvais que ceux du reste du jeu alors que c’est le cœur de celui-ci. L’exemple de Delphine est parlant. Elle est présentée comme une femme forte, une espionne redoutable et une fugitive. La plupart des joueurs considère à la fin du jeu que c’est une génocidaire raciste et autoritaire. Et les autres personnages de cette quête, amis comme ennemis seront logés à la même enseigne. Vous ferez la rencontre : d’un mage hautain, d’un érudit paranoïaque, d’elfes comploteurs, d’un sage dément et d’ermites qui préfère vivre en paria plutôt que d’apaiser les tensions du pays.
Au final, les quelques dragons que vous croiserez seront plus sympathiques que les races soi-disant alliés de votre personnage. Ce qui est un problème quand votre devoir est de combattre le roi des dragons. La quête principale devient donc vite une gageure. La plupart de mes amis possédant le jeu n’ont d’ailleurs jamais achevé cette quête. Devant ce problème d’écriture de dialogue, et de personnages, comment s’étonner que l’un des premiers mods disponibles sur le jeu soit celui qui permet de tuer des enfants et des PNJ normalement immortel ?

Conclusion – Une écriture médiocre pour des quêtes souvent moyennes.
Au final, c’est quoi mon problème avec Skyrim ? Le jeu est fun, sympathique et plutôt beau. Mais si c’était suffisant alors Minecraft avec quelques améliorations graphiques serait le meilleur jeu du monde, alors que clairement, ce n’est pas le cas. En fait, Skyrim souffre d’un problème d’équilibre. La carte est immense et les PNJ sont nombreux mais tous aussi mauvais les uns que les autres. En réduisant le nombre de PNJ, et donc la carte (pour éviter le sentiment de vide), le développement aurait permis de se concentrer un peu plus sur l’écriture. Le jeu est-il trop long finalement ? Peut-être, les quêtes générées de manières aléatoires sont notamment, vites ennuyeuses et superflues, et elles se transforment vite en quêtes « FedEx » (livraison d’un objet à un PNJ). Il est admis d’ailleurs, dans la presse spécialisée que les jeux vidéos sont aujourd’hui trop longs. C’est notamment le cas pour les joueurs qui autrefois adolescents, sont aujourd’hui trentenaires et ont une vie active qui ne permet pas de perdre du temps sur des jeux aussi chronophages que Skyrim.
Pourtant Skyrim a pour lui de ne gonfle pas de manière artificielle sa durée de vie comme Dragon Age : Inqusition ou Assassin’s Creed : Unity. La plupart des quêtes sont vraiment scénarisées, mais le jeu de rôle disparaît rapidement, car l’interaction avec les PNJ est ennuyeuse et mal fichue, là où dans un JDR papier, le dialogue est le fondement du jeu. Un temps de développement plus long ou un budget plus conséquent afin de créer de meilleurs et plus nombreux dialogues seraient sans doute un progrès.

P.s : Cela ne veut pas dire que Skyrim est un mauvais jeu. C’est un jeu qui possède des défauts qu’il faut pointé du doigt pour éviter de les reproduire. 

Actu | Culture | Jeu vidéo | 28.02.2014 - 14 h 43 | 0 COMMENTAIRES
Top 5 des jeux Gay-Friendly pour la next gen’

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Avec la nouvelle génération de console, une nouvelle génération de jeu, et aussi, on l’espère, de jeu friendly. Aujourd’hui, tour d’horizon des bons jeux, avec une dimension potentiellement friendly, qui sortiront dans quelques mois ou dans quelques années.

N°5 – The Elder Scrolls VI – 2016

J’ai la classe ou pas ?

Les mariages gay étaient déjà disponibles dans l’épisode précédent : Skyrim et disons-le clairement, ce n’était pas la partie du gameplay la plus intéressante, surtout à la vue des décors magnifiques qu’étaient les montagnes de Bordeciel que l’on devait explorer. C’est bien le mariage gay, mais c’est accessoire surtout quand on ne peut pas devenir un dragon ou devenir Jarl à la place du Jarl. Heureusement les mods sont tellement nombreux qu’on peut conquérir le monde sur un poney rose avec ces jeux, alors même si dans le VI le mariage est impossible, un mois plus tard ce sera le cas.

N°4 – Fable IV – Inconnue

(La vidéo concerne Fable Anniversary qui arrive avant)

Une série assez amusante et cartoonesque dans son design, mais qui peut vite devenir ennuyeuse à cause d’une gameplay parfois répétitif. Cette saga de RPG orienté action, n’a aujourd’hui plus grande chose d’originale mais on peut sortir avec une fille ou un garçon, peu importe le sexe, et ça, c’est déjà pas mal. Côté adoption, et bien Molyneux, le game designer en chef est plus en avance sur certains sujets que François Hollande…

N°3 – The Sims 4 – Décembre 2014

Enfin EA va pouvoir de nouveau ce faire des couilles en or avec une portée de DLC et de disques additionnels. Oui, The Sims est un bon jeu, mais c’est comme un livre de l’écrivain Cèline, c’est le message qu’il y a derrière qui craint. Maxis le studio produisant tout les préfixés « Sim » aura t-il pour une fois le courage de faire un doigt à l’éditeur mafieux ?

N°2 – Mass Effect 4 – vers 2015

Mass Effect est ma saga de jeu préférée, la seule dont la fin m’a fait pleurer. Et peu importe que cette fin soit WTF en terme de qualité, en terme d’immersion, j’étais

Chaud Chocolat !

dedans jusqu’au bout. Alors Mass Effect 4, comme début d’une nouvelle trilogie, je dis oui. Mais attention à la cohérence du scénario et de l’univers, Bioware ! Et donc une nouvelle fois, j’espère qu’on pourra baiser avec son lieutenant. Ahhhh Alenko…

N°1 – Dragon Age Inquisition – Décembre 2014

Le seul endroit où inquisition rime avec gay-friendly c’est bien chez Bioware. Le troisième opus qui succède à un épisode douteux semble prometteur. On espère un retour au source, ce qui sera déjà le cas avec les personnages puisqu’on pourra voir le retour de la plus célèbre sorcière : la sublime Morrigan. En attendant vous pouvez toujours refaire 5 fois le premier épisode comme moi…

Et juste pour faire plaisir à certains et donner des envies aux autres (ceci n’est pas la fin de Mass Effect 3) :

Actu | Culture | Jeu vidéo | 10.10.2013 - 16 h 16 | 6 COMMENTAIRES
Mass Effect : Héroïne ou Héros homo (If you want)

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Pour ceux qui l’ignorent c’est la semaine de l’espace. Et quel meilleur choix pour un blog sur le jeu vidéo, sur un site gay, durant le semaine de l’espace que de vous parlez de ma série de jeu mainstream préférée ? Mass Effect, le space opéra gay-friendly.

Mass Effect : C’est quoi ?

Choisissez vous même votre destination à travers toute la galaxie

Mass Effect est né d’une idée simple, créer un monde aussi épique que celui de Star Wars et dans la même veine, mais, cette fois-ci exclusif au jeu vidéo. En Effet, le studio Bioware, avait adoré travailler sur Star Wars : Knight Of The Old Républic (qui se situait 4000 ans avant les événements des films) et donc voulait continuer. Le projet est lancé et en 2007 sort Mass Effect 1.
Le jeu ce présente comme un Action-RPG, un genre dont j’ai très peu parlé jusqu’ici. Pour résumé, le jeu inclus des phases d’actions dynamiques au lieu de s de combats plus classiques dans les jeux de rôle comme les combats au tour par tour, par exemple. Dans Mass Effect, l’action est traduite par des phases de tir à couvert, à la troisième personne qui sont véritablement immersives malgré quelques angles de caméra parfois douteux. Pour le côté RPG, beaucoup d’éléments des jeux précédents sont repris notamment les dialogues à choix multiples. Les autres éléments sont classiques en RPG : gain d’expérience, déblocage de certaines compétences, classes de personnages différentes.
Le projet est aussi de rendre ces lettres de noblesse au « vrai jeu de rôle », consistant à incarner le personnage jusqu’au bout. Pour cela on peut choisir les réponses dans les dialogues, mais aussi l’apparence de son personnage, son sexe, et son histoire personnelle, ainsi que son prénom.
Vous incarnez donc le commandant (insérer le prénom de votre héros ici) Shepard dans un futur pas si lointain (2183). Suite à la découverte des relais cosmodésiques, une technologie antique, la race humaine s’étend à présent, à travers des colonies dans toutes la galaxie. Dans cette air de nouvelle prospérité cependant, tout n’est pas rose. Les humains sont victimes d’antropo-racisme de la part de certaines autres races. Et les trois races régnantes sur la plus grande partie de la galaxie considère l’humanité comme jeune et trop fougueuse pour donner son avis.
Vous êtes donc le commandant Shepard, membre de l’Alliance, qui constitue l’armée galactique de l’humanité. Votre supérieur, Anderson, vous demande de vous rendre sur Eden Prime, une colonie humaine, afin de mettre la main sur une balise, en lien avec les créateurs des relais cosmodésiques, qui vient d’être découverte.

Pour des information supplémentaires sur le développement (avec spoilers) :

Mass Effect : Un héros friendly

Les jeux de Bioware ont la particularité de donner le pouvoir de nouer des romances avec des personnages secondaires. Pour les romances lesbiennes, le studio à l’habitude depuis leur premier jeu Star Wars, et on retrouve tout ça sans difficulté dans Mass effect.
Pour les romances gays, c’est un peu plus difficile car le cible du jeu, est le joueur, et pour le marketing, un joueur c’est un adolescent hétéro. Ce n’est d’ailleurs pas tellement par tolérance ou féminisme que par opportunisme qu’on retrouve des romances lesbiennes plus tôt que les romances gays qui viendront plus tard.
Il n’y a donc pas de romance gay dans Mass Effect ? En vérité, ce choix était présent lors du développement mais par manque de temps, l’équipe a supprimé des éléments, et il était certain que celui-ci n’y résisterait pas. Heureusement les développeurs ont laisser les dialogues dans les fichiers du jeu. Et en utilisant un mod* il est possible d’obtenir la romance entre hommes. On retrouvera donc Shepard et son lieutenant Alenko flirtant dans les allées futuristes du Normandy, votre vaisseau.
Pour ce qui est de la panséxualité, il s’agit bien de panséxualité puisqu’il est possible d’avoir des rapports sexuelles avec d’autres espèces intelligentes. Notamment les Asaris qui se reproduisent surtout avec des partenaires sexuelles de race différente. Ainsi donc le jeu est très ouvert, mais la suite le sera encore plus. Mass Effect 2 et 3, en plus d’être de plus en plus épiques, offriront des relations amoureuses avec d’autres espèces mais aussi pour Mass Effect 3 des romances gays.

Donc pour une fois, je vais vous dire que oui, il faut jouer à Mass Effect. Non, il n’est pas révolutionnaire, mais on s’attache aux personnages et on s’immerge véritablement dans l’univers à tel point que j’ai pleuré lors de la cinématique de fin de Mass Effect 3, et non je ne pleure pas facilement. Oui, les romance gays et lesbiennes sont de l’opportunisme commercial, mais soit vous êtes contre la loi du marché, comme moi, soit vous arrêtez de vous plaindre et vous appréciez de pouvoir sauver la galaxie en étant vous-même.

mod* : un mod est un logiciel ou un fichier qui altère l’expérience de jeu, en ajoutant des objets par exemple ou encore en rajoutant des cinématiques. Les mods contrairement au contenu telechargeable (ou DLC) sont faits par les joueurs.

Actu | Culture | Jeu vidéo | 24.06.2013 - 15 h 28 | 10 COMMENTAIRES
Joueurs, Féministes et MMO !

Étiquettes : , , , , , , , ,

Produit culturel déconsidéré par beaucoup de journalistes et d’intellectuels qui n’ont jamais toucher à une manette de leur vie, le jeu vidéo commence à prendre une place importante dans l’espace culturel français. Des universitaires commencent même à vouloir étudier les pratiques vidéo-ludiques et leur fonctionnement. Aujourd’hui beaucoup d’entre-nous ont déjà essayé un jeu vidéo, comme on lit son premier livre ou on regarde son premier film. Mais quand est-il des revendications des minorités sexuelles dans ce milieu ? Femmes et gays sont-ils toujours exclus ?


Du côté des joueurs…

La première femme héroïne de jeu vidéo.

Le jeu vidéo est à la base un produit qui pourrait être considéré comme mixte, puisque le premier jeu vidéo (Tennis for two, 1958) était un jeu de sport, tout ce qu’il y a de plus simple. C’est avec le développement de l’arcade que le jeu vidéo devient un loisir « genré ». Les jeux présentés sont des jeux de courses, de tirs, de combats, essentiellement des loisirs masculins donc. Ainsi les femmes sont restées longtemps minoritaires dans une communauté elle-même réduite. Les consoles ne changeront pas grand chose à ce phénomène puisque leur but était initialement de pouvoir jouer aux jeux d’arcades chez soi.
Il faudra attendre jusqu’à la sortie de la génération N64/Saturn/Playstation (Cinquième génération) pour que le nombre de joueuses augmente. La raison : le support CD de la Playstation et la puissance de la N64 permettent la mise en avant de scénarios plus complexes, et plus seulement de trame simpliste ou de captation d’arcade sur console. A la même époque on voit apparaître Tomb Raider : Lara Croft (Core Design, 1996), la première véritable héroïne de jeu vidéo, et Les Sims (Maxis, 2000), le premier jeu genré à avoir un véritable succès. Les femmes commencent donc à s’approprier les consoles et les PC, même si la communauté reste largement masculine.
Avec l’arrivée des MMO, des communautés se forment sur deux types de jeu en particulier : Les FPS (First Personal Shooter) et les RPG(Rôle Playing Game), les femmes sont alors confrontées au machisme ambiant qui règne dans ces communautés.
Il y a environ deux mois Mar_Lard, une twitteuse assidue, joueuse et travaillant dans le milieu du jeu vidéo, a publié un dossier d’environ 100 pages, dévoilant la violence subit par les femmes dans les jeux vidéos : Insultes, Harcèlement, Avances Sexuelles, Etc… « Les femmes ne doivent pas se revendiquer femme sous peine de subir ces brimades et ces agressions. » commente Mar_Lard, mais comment faire quand la plupart des jeux en ligne demande l’utilisation d’un micro ? Mais surtout pourquoi légitimer ces comportements et demander à la victime de faire des efforts ?
Le dossier a fait grand bruit dans la communauté, et beaucoup ont réagi sur le sujet de façon plus ou moins intelligente. Le fait est que ce « coup de pied dans la fourmilière » à eut un effet, celui de faire prendre conscience du problème.
Ce que n’a en revanche pas fait Mar_Lard, sauf lors d’une interview auprès du chroniqueur Usul de Jeuxvidéo.com, c’est défendre aussi les joueurs gays, ou « gaymers ». Minoritaires eux aussi, ils subissent aussi de nombreuses attaques. Une des insultes favorites des joueurs étant justement « gay ». Sans pour autant dire qu’ils le sont, les gaymers peuvent dont se sentir blessés par le comportement de leur homologues hétéros. Quelques voix s’élèvent contre ces injustices mais le problème persiste. En effet la conception même d’un héros potentiellement gay à suffit à faire scandale et la violence de certains propos sont simplement scandaleux : « Je ne joue pas avec un PD », « Vous êtes tous des tantouzes », « Bande de gays ».

Dans The Sims 3 vous avez le choix entre un bear ou un minet 🙂

 

Du Côté Des Développeurs…

Les jeux vidéos représentent leur époque, par exemple, en ce moment, dans les jeux de guerre publiés par les développeurs américains, on doit combattre des extrémistes musulmans. Pour ce qui est de la vision des femmes et des gays, il en va de même. Si dans les années 80-90 la mode était aux femmes amoureuses et en détresse et aux gays cuir-moustache, les années 90 sont une période charnière. La femme devient plus indépendantes et les homos deviennent une minorité invisible. Si la femme devient de plus en plus forte et plus fière jusqu’au jeu Bayonetta (Platinium Game, 2009) présentant une femme hyper-sexuée et ultra-féministe dans le premier rôle, les gays restent minoritaires jusqu’à l’événement créer par Bioware avec Mass Effect 3 (Bioware, 2012) proposant au personnage principal d’être gay, hétéro, ou lesbienne. Coup marketing ou pas, le jeu inclut un héros potentiellement homo sans être une caricature. Il semble que Bioware n’ait cependant pas compris les revendications des gaymers puisque le jeu Star Wars : The Old Republic (Bioware, 2011), propose une planète gay, sorte de ghetto galactique que les joueurs homos comme hétéros trouvent de mauvais goût.
Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’un développeur fait un faux pas, les guildes et clans gays furent interdit sur World Of Warcraft (Blizzard, 2004) et les mots « gays, homosexuels, etc… » bannis du forum pour éviter les insultes mais cela empêchait aussi de parler du problème.

 

Conclusion…

Si Bioware et d’autres commencent à proposer des RPG et des options de plus ou moins bon goût, permettant une véritable immersion des gaymers, la communauté des joueurs n’est pas prête à faire de même. Les joueurs doivent apprendre à accepter les femmes et les gays afin que chacun profite au maximum de l’expérience vidéo-ludique. De plus, l’intolérance des joueurs fait défaut à la défense qu’ils font vis-à-vis des médias dominants qui incriminent de façon constante la pratique du jeu vidéo.

Publicité