La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Angry-Gaymer
Le Blog des Gais, Gaymers, et des Gamers de gauche
Actu | Culture | Politique | 03.07.2016 - 16 h 06 | 2 COMMENTAIRES
LGBT-Pride et « Dépravation » : « Demain, dans Minute… »

Étiquettes : , , , , , , , ,

La Gay Pride de Paris fait l’objet, comme chaque année, de la polémique sur les images renvoyées de la communauté LGBT+. Une polémique alimentée par la droite et par des homosexuels souvent réactionnaires. Déconstruire ce discours est une nécessité, car incomplet, usant de mensonges et d’ignorances, il est nocif et dangereux.

L’enfant et l’Image : Les médias pervers ?
Souvenez-vous, lors de la LGBT-Pride de 2012, le quotidien d’extrême-droite « Minute » avait exploité une photographie d’un couple pratiquement le BDSM, défilant en tenue à la Marche des Fiertés en associant cela au « Mariage pour Tous ». La photo fut reprise par Civitas, durant le débat, pour mettre en avant la question de l’éducation des enfants. Cette année la superbe « Manif’ Pour Tous » a renouvelé la pratique en pointant du doigt un défilé de doggy-boys de quelques personnes durant la Paris Pride.

Tellement de discrimination sur cette couverture…

Il est assez paradoxal que ces images soit l’exclusivité de Valeurs Actuelles, Minute et autres Manif’ Pour Tous. Ces parangons de vertu, défenseurs de l’enfance sont les premiers diffuseurs de ces images. Ces médias qui défendent tradition, mariage et monogamie diffusent sous couvert d’outrage aux bonnes mœurs, des images transgressives et vendeuses pour leur lectorat, toujours avide d’indignation. Le plus ironique, c’est qu’ils se rendent ainsi, responsables de la duplication des images sur les réseaux sociaux par les militants de la droite. Ainsi la première image des doggy-boys de Paris, me vient d’un militant de droite conservateur. En réalité, j’ignore si ces images sont réellement choquantes pour nos têtes blondes, je doute réellement qu’ils comprennent la connotation sexuelle d’un masque et d’une combinaison en lycra. Dans tous les cas, choquantes ou pas, ces images seront publiées et diffusées, d’abord et avant tout par l’extrême-droite.
Concernant les sites LGBT+ comme Yagg, ou la presse papier, comme Garçon Magazine, vous verrez les mêmes images mais elles seront noyées dans un flot d’autres photographies de la pride, et ainsi plus difficilement accessibles. La raison est assez simple, pour ces médias, le BDSM n’est pas particulièrement plus représentatif qu’un baiser entre lesbiennes, de la Marche Des Fiertés. Ainsi vous trouverez des hommes en cuir, des lesbiennes sur des motos, des danseurs sur des chars, des drag-queens aux coiffures improbables, etc… Pour Yagg, et pour beaucoup de militants LGBT+, l’événement est une fête militante et comme le disait un personnage de la célèbre série Queer As Folk : « Tout le monde fête la Gay Pride à sa manière. »

La LGBT-Pride : Une fête de la sexualité libérée.

Dans le cortège de juges à propos de la Gay Pride, on trouve un nombre conséquent d’homosexuels, principalement de droite. Il est trop facile de dire qu’ils sont stupides ou archaïques, et ce genre de considération ne réglera pas le problème. En réalité, la Gay Pride choque car elle renoue avec une tradition païenne que la culture chrétienne désavoue profondément. La Marche des Fiertés apparaît aujourd’hui comme une marche de la sexualité visible et festive contre la sexualité honteuse, isolée et cachée des religions monothéistes.
Ainsi toutes les sexualités sont rendues visibles, et pas uniquement l’homosexualité. Il y avait même des asexuels dans la marche de cette année. Le BDSM est une forme de sexualité qui existe et dans une marche qui célèbre les sexualités, il est donc normal d’en faire la représentation. Surtout que, en pratique, les doggy-boys de Paris portaient des combinaisons qui cachaient la majorité du corps, ainsi que des masques. Il n’y avait donc pas d’attentat à la pudeur.
Certains diront, comme moi, il y a quelques années, que cela donne une mauvaise image de la Gay Pride, mais c’est un raisonnement absurde. Dans une société profondément marquée par des oppressions sexuelles, il est évident qu’une fête glorifiant la liberté sexuelle sera toujours choquante pour des personnes et des médias. En réalité, ceux qui s’offusquent de voir des hommes grimés en chiens s’offusquent d’une sexualité entièrement légale et éthique. Rappelons que la communauté BDSM est l’une des plus saine en ce qui concerne la question du consentement car il doit être manifeste. Enfin, rappelons que la frontière de la légalité en matière de sexe, est toujours le même : le consentement clair et éclairé. On ferait peut-être bien de se scandaliser un peu moins de ceux qui habillent leur compagnon en chien, avec leur consentement, et de s’occuper un peu plus de ceux qui violent ou harcèlent des femmes et des enfants, notamment dans les églises lyonnaises…
D’ailleurs, si j’étais de mauvaise foi, je me méfierais d’une association comme Civitas qui associe les pratiques BDSM et l’éducation des enfants…

Actu | Culture | Jeu vidéo | 25.02.2015 - 18 h 28 | 0 COMMENTAIRES
Dragon Age – Sociologie d’un monde LGBT

Étiquettes : , , , , , , ,

Dragon Age – Inquisition, est le troisième volet de la saga de Bioware et le premier jeu vidéo à recevoir un prix GLAAD. Retour sur le monde de Bioware, et sur la construction sociologique de ce monde alternatif. 

Et Si Jésus est une femme

Chez nous, l’image du fils de Dieu, est celui d’un homme, Jésus Christ. Dans Dragon Age, ce n’est pas le fils de Dieu, mais « l’épouse du Créateur » qui est l’objet de

L’épouse du Créateur

dévotion. La légende dit qu’Andraste, libéra les esclaves d’un empire tyrannique dirigé par des mages sombres, avec l’aide du Créateur, qui était tombé amoureux de sa voix.
La Bible devient dans le jeu « Le Cantique De La Lumière » et les prêtresses sont souvent des femmes. En vérité, dans la gradation de cette église, les hommes restent en bas de l’échelle. Les femmes, elles, deviennent révérende-mères et parfois l’une d’entre-elles devient La Divine, équivalente du pape dans notre monde. 
L’église n’en reste pas moins aussi sectaire que l’église catholique durant le moyen âge. Les Marches Exaltées, ordonnées par différentes Divines, ne sont ni plus, ni moins que des croisades, contre les elfes notamment. Les mages, qui sont dangereux et font peurs à la plupart des individus, sont enfermés dans des tours, d’où ils ne sortent jamais. Ils sont gardés par les templiers qui sont sous les ordres du clergé qu’on nomme La Chantrie.

Des Hommes et Des Femmes Pour Défendre Le Monde

  • Les Gardes des Ombres sont les combattants les plus célèbres de Dragon Age. Ils sauvèrent le monde de nombreuses fois. Ils sont la force qui combat les engeances, des créateurs corrompues qui lorsqu’elles découvrent un dragon endormi, le transforme en archidémon. L’archidémon devient alors le chef de cette horde, et guidée par lui, les créatures déferlent sur le monde.
    Les Gardes Des Ombres accueillent toutes les races et tous les sexes, et toutes les sexualités. La raison est en réalité assez simple et remonte à la création de la garde qui fut l’union des nains, des elfes et des hommes pour combattre les premières engeances. De plus, le rituel d’intronisation est très dangereux et on compte de nombreuses pertes. L’exclusion de la garde, des femmes, par exemple, donc de 50% de la population, causerait une baisse trop importante dans des effectifs déjà très réduits.
  • Pour les templiers, qui gardent les mages, la raison est probablement du côté de la religion, car ils sont sous les ordres du clergé. En effet, d’après Dragon Age II, les femmes sont présentes dans la garde, mais ils semblent que celles-ci grimpent plus facilement les différents grades. En effet, malgré le nombre beaucoup plus important d’hommes, c’est bien le capitaine Mérédith qui dirige les templiers de la ville de Kirkwall, alors qu’elle est dangereusement incompétente. On peut aussi citer la branche des templiers, les chercheurs de vérité, dont Cassandra, l’un des personnages de Dragon Age fut une figure importante.

Le racisme elfique – Héritage Culturel

  • Bien que les légendes comptent que les elfes étaient autrefois des êtres immortels, aujourd’hui, ils ne sont que des citoyens de secondes zones. C’est l’héritage culturel, de l’empire Tévintide, l’empire des mages du sang, qui réduisit le peuple entier en esclavage durant des siècles qui produit ce racisme. Malgré la libération des esclaves par Andraste, les choses n’ont pas changé pour les elfes. Ils vivent dans des ghettos en ville,ou en peuplades nomades dans les forêts.
  • La seconde source de ce racisme, ceux sont les Croisades ou Marches Exaltées, contre les elfes. A la fin de la révolte des esclaves, les elfes retournèrent vers leurs anciens dieux, alors que les hommes créaient La Chantrie d’Andraste. Des siècles plus tard, La Chantrie lança une marche exaltée contre les elfes païens.

La société naine – Une société de caste

Les nains sont la société qui fréquente le moins les autres races. Vivre à l’air libre est une honte chez ces petits êtres. Ils vivent sous terre, dans un combat permanent avec les engeances.

Une maison naine.

La société naine est constituée de castes qui sont plus ou moins importantes, des nobles aux parias. Il est impossible de changer de castes. En revanche, on peut devenir un Haut : un ancêtre vivant, qui sont des héros respectés et vénérés par les autres nains. Les Hauts peuvent venir de toutes les castes sans distinctions et pèsent sur la politique. L’inventeur des golems, Caridin, fut un Haut.

La dernière cité naine, Orzammar, à une organisation urbaine intéressante. Construite dans la cheminée d’un volcan, les différents étages correspondent aux différentes castes. Plus on est proche de la surface, plus on est important. La raison est simple, c’est que la culture naine considère que les castes les moins nobles sont aussi les plus nécessaires et ne doivent donc pas avoir un accès facile à la surface.
Pour retenir les nains sous terre, une légende dit que ceux qui quittent les tréfonds de la terre, sont aspirés par le ciel.

LGBT – Le monde de Dragon Age, est-il cohérent ?

Dans un monde médiéval comme celui de Dragon Age, avec une église aussi importante que l’église catholique, pourquoi la sexualité n’est pas un problème ?

Hawke et Anders, votre histoire d’amour ?

L’explication semble venir encore du fait que le prophète soit une femme, mais aussi d’héritages culturels divers. En Orlais, en Ferelden et dans les Marches Libres, les différentes sexualités sont  acceptées. La ville d’Antiva, une cité indépendante, encourage même la bisexualité. Hors la religion est très présente dans ces endroits. L’Empire Tévintide est le lieu où la Chantrie est la plus faible et c’est là qu’on trouve le plus d’homophobie. L’obsession de la puissance par les mages de l’empire, magie qui se transmet par le sang, est aussi une explication de l’homophobie. On peut ainsi dire que dans ce monde, plus le besoin d’héritage est important dans une société, plus l’homophobie est présente. C’est le cas pour Ferelden ou l’homosexualité est acceptée et où un bâtard royal accède très facilement au trône.

Les nains ne condamnent pas légalement l’homosexualité, mais il semble qu’elle ne soit pas très bien vue. La Haute Branka était  mariée mais avait des relations lesbiennes avec son capitaine, en secret. De plus Oghren, un compagnon de route du héros, semble très surpris de voir des relations entre hommes.

Actu | Culture | Jeu vidéo | 20.01.2014 - 15 h 40 | 0 COMMENTAIRES
Un jeu sur la trans-identité

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Je vous l’avais promis pour le nouvel an, mais des impératifs scolaires m’ont empêcher de faire cet article. Aujourd’hui on vous parle de pur gameplay, de narration par le jeu.

Si vous croyez que Heavy Rain ou Beyond Two Souls sont des perles du jeu vidéo, alors il va falloir travailler vos goûts. On pourrait croire que Heavy Rain est un bon jeu vidéo à la vue des articles élogieux dont la presse non-spécialiste nous avait inondé, mais il n’en n’est rien. Heavy Rain est un jeu avec un fort budget qui ne provoque d’émotion qu’à travers la narration et jamais à travers l’interaction, un comble pour qui se revendique « jeu ». C’est peut-être un bon film interactif, mais c’est un très mauvais jeu. Là ou Mass Effect trouve l’équilibre parfait entre narration et interactivité, Heavy Rain ressemble à un énorme tutoriel, et c’est chiant.
Aujourd’hui je vous propose tout le contraire. Non ce n’est pas un jeu dont le budget ce compte en million, c’est un jeu fait en amateur, sur la trans-identité. Il est gratuit, il est sur navigateur, il fait partie de ces petites perles qu’on trouve dans le fin fond des internets. Du pur jeu vidéo, un minimum de narration, ce jeu prouve que l’émotion dans un jeu vidéo passe d’abord par l’intéractivité. Mais le mieux c’est encore un équilibre parfait entre les deux…

Welcome to Dys4ia

Actu | Culture | Jeu vidéo | 27.11.2013 - 12 h 28 | 3 COMMENTAIRES
Un personnage Bisexuel : Kaidan Alenko

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Aujourd’hui je vous présente un personnage de la saga Mass Effect qui est ouvertement bisexuel : le lieutenant Kaidan Alenko.

Kaidan Alenko ou La schizophrénie de Bioware

Mass effect, premier du nom, devait, dès ses origines, offrir une romance homosexuelle gay. Le but était purement commercial bien entendu, Bioware à beau être un studio de qualité, ils produisent des jeux dans un but de divertissement et non de contemplation poétique. Mais les impératifs de temps auront raison de ce choix qui était sûrement celui qui risquait de faire le plus défaut au marketing du jeu. Le personnage choisi pour cette romance était le lieutenant Kaidan Alenko, membre de l’équipage du Normandy, votre vaisseau.
Finalement, il faudra attendre près de 5 ans pour que Mass Effect 3 voit le jour et qu’une romance homosexuelle pour les hommes soit enfin disponible. Bien entendu, les joueurs gays n’ont pas attendu et un mod est disponible pour obtenir les lignes de dialogues de la romance qui sont encore contenu dans le code source du jeu.

Du lieutenant au spectre Alenko.

Il est pas mignon ?

Durant l’aventure Mass Effect, les humains qui vous accompagnent sont écrits de manière très inégale. C’est aussi le cas pour Alenko. Bien que plus supportable que son homologue féminine (et un peu raciste), Ashley Williams, le lieutenant Alenko est finalement assez superficiel. Il possède un implant lui permettant d’utiliser des pouvoirs biotiques (maîtrise de la gravité), mais c’est un implant de type L2, donc puissant mais instable, cela cause de nombreuses migraines, certains de ses amis étant morts ou devenus fous. Malheureusement, le personnage n’en parle jamais, ou alors très peu. On ne la voit jamais à l’infirmerie ou même dans sa chambre en train de se reposer et quand il vous raconte son histoire, cela ressemble plus à une biographie qu’à un véritable souvenir.
Durant la mission sur Virmire (vers 65% de la quête principale), il peut possiblement mourir, dans ce cas, c’est Ashley Williams qui prendra sa place dans les différentes cinématiques des deux jeux suivants.
On retrouve ensuite Alenko dans Mass Effect 2 durant une invasion des récolteurs. Il vous reprochera d’être allié à une organisation terroriste, Cerberus, et hésitera entre colère et joie de vous voir vivant avant de finalement quitter la planète. Il vous reprochera encore cette alliance au début du troisième opus.
C’est dans le troisième et dernier épisode néanmoins que l’histoire d’Alenko prendra vraiment forme. Éternel second derrière vous, il deviendra naturellement le second spectre (unité d’élite) humain et défendra le Conseil contre Cerberus. Après la mort d’un conseiller, il décidera de vous rejoindre sur votre vaisseau comme au bon vieux temps. La romance deviendra alors possible. Considérant que sa famille est loin, voir morte sur Terre, il vous proposera de combler la solitude en entretenant une relation intime avec lui.

Votre relation avec Alenko.

La relation avec Alenko en VO et modée sera bien entendu plus intéressante car plus longue et s’étirant sur les trois épisodes. Mais ce n’est pas là, la version officielle du soft et il faudra donc attendre ME 3 pour qu’il s’amourache vraiment de votre commandant Shepard. Pour lui, comme pour vous, il s’agit plutôt d’une relation d’appoint. Car quand autour de vous, le monde s’écroule, il est toujours bon d’avoir des bras vers lesquels se tourner. Malheureusement un problème vient s’introduire dans l’équation. On peut comprendre que contrairement à Zevran (Dragon Age : Origins donc moyen-âge) Alenko n’ait pas besoin de mentionner sa bisexualité qui semble admise comme une norme. Le problème vient en fait du traitement de la relation. On à l’impression d’avoir une relation homme/femme patriarcale, la plupart du temps. Shepard étant le supérieur d’Alenko, cela s’explique mais reste pour le moins frustrant, quand on sait que Dragon Age traitait les personnages à égalité alors qu’il était sorti quelques années auparavant.

Actu | Culture | Jeu vidéo | 10.10.2013 - 16 h 16 | 6 COMMENTAIRES
Mass Effect : Héroïne ou Héros homo (If you want)

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Pour ceux qui l’ignorent c’est la semaine de l’espace. Et quel meilleur choix pour un blog sur le jeu vidéo, sur un site gay, durant le semaine de l’espace que de vous parlez de ma série de jeu mainstream préférée ? Mass Effect, le space opéra gay-friendly.

Mass Effect : C’est quoi ?

Choisissez vous même votre destination à travers toute la galaxie

Mass Effect est né d’une idée simple, créer un monde aussi épique que celui de Star Wars et dans la même veine, mais, cette fois-ci exclusif au jeu vidéo. En Effet, le studio Bioware, avait adoré travailler sur Star Wars : Knight Of The Old Républic (qui se situait 4000 ans avant les événements des films) et donc voulait continuer. Le projet est lancé et en 2007 sort Mass Effect 1.
Le jeu ce présente comme un Action-RPG, un genre dont j’ai très peu parlé jusqu’ici. Pour résumé, le jeu inclus des phases d’actions dynamiques au lieu de s de combats plus classiques dans les jeux de rôle comme les combats au tour par tour, par exemple. Dans Mass Effect, l’action est traduite par des phases de tir à couvert, à la troisième personne qui sont véritablement immersives malgré quelques angles de caméra parfois douteux. Pour le côté RPG, beaucoup d’éléments des jeux précédents sont repris notamment les dialogues à choix multiples. Les autres éléments sont classiques en RPG : gain d’expérience, déblocage de certaines compétences, classes de personnages différentes.
Le projet est aussi de rendre ces lettres de noblesse au « vrai jeu de rôle », consistant à incarner le personnage jusqu’au bout. Pour cela on peut choisir les réponses dans les dialogues, mais aussi l’apparence de son personnage, son sexe, et son histoire personnelle, ainsi que son prénom.
Vous incarnez donc le commandant (insérer le prénom de votre héros ici) Shepard dans un futur pas si lointain (2183). Suite à la découverte des relais cosmodésiques, une technologie antique, la race humaine s’étend à présent, à travers des colonies dans toutes la galaxie. Dans cette air de nouvelle prospérité cependant, tout n’est pas rose. Les humains sont victimes d’antropo-racisme de la part de certaines autres races. Et les trois races régnantes sur la plus grande partie de la galaxie considère l’humanité comme jeune et trop fougueuse pour donner son avis.
Vous êtes donc le commandant Shepard, membre de l’Alliance, qui constitue l’armée galactique de l’humanité. Votre supérieur, Anderson, vous demande de vous rendre sur Eden Prime, une colonie humaine, afin de mettre la main sur une balise, en lien avec les créateurs des relais cosmodésiques, qui vient d’être découverte.

Pour des information supplémentaires sur le développement (avec spoilers) :

Mass Effect : Un héros friendly

Les jeux de Bioware ont la particularité de donner le pouvoir de nouer des romances avec des personnages secondaires. Pour les romances lesbiennes, le studio à l’habitude depuis leur premier jeu Star Wars, et on retrouve tout ça sans difficulté dans Mass effect.
Pour les romances gays, c’est un peu plus difficile car le cible du jeu, est le joueur, et pour le marketing, un joueur c’est un adolescent hétéro. Ce n’est d’ailleurs pas tellement par tolérance ou féminisme que par opportunisme qu’on retrouve des romances lesbiennes plus tôt que les romances gays qui viendront plus tard.
Il n’y a donc pas de romance gay dans Mass Effect ? En vérité, ce choix était présent lors du développement mais par manque de temps, l’équipe a supprimé des éléments, et il était certain que celui-ci n’y résisterait pas. Heureusement les développeurs ont laisser les dialogues dans les fichiers du jeu. Et en utilisant un mod* il est possible d’obtenir la romance entre hommes. On retrouvera donc Shepard et son lieutenant Alenko flirtant dans les allées futuristes du Normandy, votre vaisseau.
Pour ce qui est de la panséxualité, il s’agit bien de panséxualité puisqu’il est possible d’avoir des rapports sexuelles avec d’autres espèces intelligentes. Notamment les Asaris qui se reproduisent surtout avec des partenaires sexuelles de race différente. Ainsi donc le jeu est très ouvert, mais la suite le sera encore plus. Mass Effect 2 et 3, en plus d’être de plus en plus épiques, offriront des relations amoureuses avec d’autres espèces mais aussi pour Mass Effect 3 des romances gays.

Donc pour une fois, je vais vous dire que oui, il faut jouer à Mass Effect. Non, il n’est pas révolutionnaire, mais on s’attache aux personnages et on s’immerge véritablement dans l’univers à tel point que j’ai pleuré lors de la cinématique de fin de Mass Effect 3, et non je ne pleure pas facilement. Oui, les romance gays et lesbiennes sont de l’opportunisme commercial, mais soit vous êtes contre la loi du marché, comme moi, soit vous arrêtez de vous plaindre et vous appréciez de pouvoir sauver la galaxie en étant vous-même.

mod* : un mod est un logiciel ou un fichier qui altère l’expérience de jeu, en ajoutant des objets par exemple ou encore en rajoutant des cinématiques. Les mods contrairement au contenu telechargeable (ou DLC) sont faits par les joueurs.

Publicité