La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Angry-Gaymer
Le Blog des Gais, Gaymers, et des Gamers de gauche
Actu | Culture | Jeu vidéo | 28.02.2014 - 14 h 43 | 0 COMMENTAIRES
Top 5 des jeux Gay-Friendly pour la next gen’

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Avec la nouvelle génération de console, une nouvelle génération de jeu, et aussi, on l’espère, de jeu friendly. Aujourd’hui, tour d’horizon des bons jeux, avec une dimension potentiellement friendly, qui sortiront dans quelques mois ou dans quelques années.

N°5 – The Elder Scrolls VI – 2016

J’ai la classe ou pas ?

Les mariages gay étaient déjà disponibles dans l’épisode précédent : Skyrim et disons-le clairement, ce n’était pas la partie du gameplay la plus intéressante, surtout à la vue des décors magnifiques qu’étaient les montagnes de Bordeciel que l’on devait explorer. C’est bien le mariage gay, mais c’est accessoire surtout quand on ne peut pas devenir un dragon ou devenir Jarl à la place du Jarl. Heureusement les mods sont tellement nombreux qu’on peut conquérir le monde sur un poney rose avec ces jeux, alors même si dans le VI le mariage est impossible, un mois plus tard ce sera le cas.

N°4 – Fable IV – Inconnue

(La vidéo concerne Fable Anniversary qui arrive avant)

Une série assez amusante et cartoonesque dans son design, mais qui peut vite devenir ennuyeuse à cause d’une gameplay parfois répétitif. Cette saga de RPG orienté action, n’a aujourd’hui plus grande chose d’originale mais on peut sortir avec une fille ou un garçon, peu importe le sexe, et ça, c’est déjà pas mal. Côté adoption, et bien Molyneux, le game designer en chef est plus en avance sur certains sujets que François Hollande…

N°3 – The Sims 4 – Décembre 2014

Enfin EA va pouvoir de nouveau ce faire des couilles en or avec une portée de DLC et de disques additionnels. Oui, The Sims est un bon jeu, mais c’est comme un livre de l’écrivain Cèline, c’est le message qu’il y a derrière qui craint. Maxis le studio produisant tout les préfixés « Sim » aura t-il pour une fois le courage de faire un doigt à l’éditeur mafieux ?

N°2 – Mass Effect 4 – vers 2015

Mass Effect est ma saga de jeu préférée, la seule dont la fin m’a fait pleurer. Et peu importe que cette fin soit WTF en terme de qualité, en terme d’immersion, j’étais

Chaud Chocolat !

dedans jusqu’au bout. Alors Mass Effect 4, comme début d’une nouvelle trilogie, je dis oui. Mais attention à la cohérence du scénario et de l’univers, Bioware ! Et donc une nouvelle fois, j’espère qu’on pourra baiser avec son lieutenant. Ahhhh Alenko…

N°1 – Dragon Age Inquisition – Décembre 2014

Le seul endroit où inquisition rime avec gay-friendly c’est bien chez Bioware. Le troisième opus qui succède à un épisode douteux semble prometteur. On espère un retour au source, ce qui sera déjà le cas avec les personnages puisqu’on pourra voir le retour de la plus célèbre sorcière : la sublime Morrigan. En attendant vous pouvez toujours refaire 5 fois le premier épisode comme moi…

Et juste pour faire plaisir à certains et donner des envies aux autres (ceci n’est pas la fin de Mass Effect 3) :

Actu | Culture | Jeu vidéo | 31.12.2013 - 16 h 54 | 1 COMMENTAIRES
Le Top 5 des jeux gay-friendly de la 7éme génération

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

La 7éme génération de console à permis l’émergence de mécaniques de gameplays plus ou moins novatrices, de récits plus ou moins épiques, mais surtout une génération de jeu résolument friendly. Cette génération est aussi l’amorce d’un nouveau mouvement dans la presse et les médias qui entourent le jeu vidéo, l’amorce d’une vision artistique et critique plutôt qu’une vision de produit de consommation. Aujourd’hui je vous propose néanmoins les meilleurs produits de l’industrie vidéoludique en matière d’ouverture LGBT. (Cet article est en instance de correction)

N°5 – Street Fighter 4

Zangief (SF 4)

Le personnage de Zangief est l’un des seuls personnages homosexuels présent dans les jeux de combat. On peut largement considérer cela comme un bien fait surtout
dans une série de jeu aussi adulée que celle des Street Fighter. Loin du cliché de la folle, Zangief est plus l’archétype de l’ours, mais se révèle aussi être un intellectuel, loin de l’image bourrue que les USA voulait nous offrir. Oui, Zangief est homosexuel, russe et intelligent, et on attends juste qu’il botte le cul à Poutine dans Street Fighter V, ce sera pas du luxe. En tout cas, c’est un plaisir de retrouver notre petit/grand héros à nous dans le 4éme opus de la plus connue des sagas de jeu de combat.

N°4 – The Sims 3

Voilà le jeu le plus libre en matière de vie amoureuse, quoi que en y regardant de plus près…Bref dans The Sims avant même la légalisation du mariage vous pouviez le faire et même adopté. Personnellement je me suis construit un magnifique manoir gothique, et je vis seul à l’intérieur, j’aime pas les gosses, et le mariage est une prison, mais bon chacun ces goûts. En tout cas The Sims 3 rejoint le panthéon des jeux gay-friendly en ayant autoriser le mariage avant l’heure, une bien belle avancée de Maxis sur un terrain que les concepteurs de jeux vidéos abordent trop rarement.

 

Fenris (DA II)

N°3 – Dragon Âge II

Alors là, c’est la fête du slip, tout le monde est bisexuel. Bioware à un peu abusé, car déjà que le jeu est très moyen mais le réalisme et l’immersion sont amoindries par cette décision du studio. « Il n’y a pas d’hétéro, il n’y a que des mal-dragué » d’après Bioware. Heureusement Fenris, l’Elfe le plus mignon de la saga est romancable est c’est tout ce qui compte. Je ne vous conseille pas ce jeu, qui est très moyen, et qui ne semble qu’une brouillon de Mass Effect 3.

N°2 – Mass Effect 3

Ici, c’est la fête du slip mais dans l’autre sens. Entre les aliens, les hommes et les femmes vous avez le choix. Un homosexuel ou une lesbienne peuvent-ils être héros de jeu vidéo, Mass Effect 3 vous montre que oui. Plus que ça la fin, de la saga vous touchera probablement au cœur. Bioware présent ici tout son savoir faire dans un jeu ultime et quasi-parfait. Bémol néanmoins sur le traitement de la relation qui est celui d’une relation de couple fille-garçon avec tout ce que cela implique d’influence de la société patriarchale. Mais c’est le meilleur jeu de la génération et il est gay-friendly, que demande le peuple ?

N°1 – Dragon Age : Origins

Encore une fois Bioware connaît son sujet (en tout cas mieux que sur The Old Republic), la gestion de la relation avec Zevran est parfaite. Si le scénario n’est pas original, les personnages eux le sont beaucoup plus. Bioware est devenu adulte depuis Star Wars est on commence vraiment à le sentir dans ce jeu. Sans doute le jeu le plus gay-friendly, bien meilleur que sa suite mais inférieur en qualité à Mass Effect, Dragon Age reste néanmoins en tête grâce à une relation pus subtile que dans son cousin futuriste.

Prix Spécial demi-teinte– Rogue Legacy

Le rogue-like, est un genre de jeu assez particulier. On vous propose de faire un donjon constituer de manière plus ou moins aléatoire, et de survivre dans cet environnement ultra-hostile. Rogue Legacy avec un système de gestion de l’expérience et des bonus est une rogue-like humoristique, dans lequel chaque personnage est le descendant de celui mort dans votre précédente partie. Hors votre personnage peut avoir différent très de caractère plus ou moins avantageux, il peut être un nain, être un obcesionnel compulsif ou avoir le syndrôme de Tourette. Et bien sûr dans le lot on à l’homosexualité. Non ça ne sert à rien au niveau du gameplay, pas plus en tout cas que d’être chauve ce qui arrive parfois.
Le problème principal c’est que bien qu’il n’est aucun effet sur le gameplay, l’homosexualité est rangée dans la même section que certaines maladies. Alors le jeu est bon, mais cette faute de goût involontaire, n’est pas dès plus appréciable.

Actu | Culture | Jeu vidéo | 24.06.2013 - 15 h 28 | 10 COMMENTAIRES
Joueurs, Féministes et MMO !

Étiquettes : , , , , , , , ,

Produit culturel déconsidéré par beaucoup de journalistes et d’intellectuels qui n’ont jamais toucher à une manette de leur vie, le jeu vidéo commence à prendre une place importante dans l’espace culturel français. Des universitaires commencent même à vouloir étudier les pratiques vidéo-ludiques et leur fonctionnement. Aujourd’hui beaucoup d’entre-nous ont déjà essayé un jeu vidéo, comme on lit son premier livre ou on regarde son premier film. Mais quand est-il des revendications des minorités sexuelles dans ce milieu ? Femmes et gays sont-ils toujours exclus ?


Du côté des joueurs…

La première femme héroïne de jeu vidéo.

Le jeu vidéo est à la base un produit qui pourrait être considéré comme mixte, puisque le premier jeu vidéo (Tennis for two, 1958) était un jeu de sport, tout ce qu’il y a de plus simple. C’est avec le développement de l’arcade que le jeu vidéo devient un loisir « genré ». Les jeux présentés sont des jeux de courses, de tirs, de combats, essentiellement des loisirs masculins donc. Ainsi les femmes sont restées longtemps minoritaires dans une communauté elle-même réduite. Les consoles ne changeront pas grand chose à ce phénomène puisque leur but était initialement de pouvoir jouer aux jeux d’arcades chez soi.
Il faudra attendre jusqu’à la sortie de la génération N64/Saturn/Playstation (Cinquième génération) pour que le nombre de joueuses augmente. La raison : le support CD de la Playstation et la puissance de la N64 permettent la mise en avant de scénarios plus complexes, et plus seulement de trame simpliste ou de captation d’arcade sur console. A la même époque on voit apparaître Tomb Raider : Lara Croft (Core Design, 1996), la première véritable héroïne de jeu vidéo, et Les Sims (Maxis, 2000), le premier jeu genré à avoir un véritable succès. Les femmes commencent donc à s’approprier les consoles et les PC, même si la communauté reste largement masculine.
Avec l’arrivée des MMO, des communautés se forment sur deux types de jeu en particulier : Les FPS (First Personal Shooter) et les RPG(Rôle Playing Game), les femmes sont alors confrontées au machisme ambiant qui règne dans ces communautés.
Il y a environ deux mois Mar_Lard, une twitteuse assidue, joueuse et travaillant dans le milieu du jeu vidéo, a publié un dossier d’environ 100 pages, dévoilant la violence subit par les femmes dans les jeux vidéos : Insultes, Harcèlement, Avances Sexuelles, Etc… « Les femmes ne doivent pas se revendiquer femme sous peine de subir ces brimades et ces agressions. » commente Mar_Lard, mais comment faire quand la plupart des jeux en ligne demande l’utilisation d’un micro ? Mais surtout pourquoi légitimer ces comportements et demander à la victime de faire des efforts ?
Le dossier a fait grand bruit dans la communauté, et beaucoup ont réagi sur le sujet de façon plus ou moins intelligente. Le fait est que ce « coup de pied dans la fourmilière » à eut un effet, celui de faire prendre conscience du problème.
Ce que n’a en revanche pas fait Mar_Lard, sauf lors d’une interview auprès du chroniqueur Usul de Jeuxvidéo.com, c’est défendre aussi les joueurs gays, ou « gaymers ». Minoritaires eux aussi, ils subissent aussi de nombreuses attaques. Une des insultes favorites des joueurs étant justement « gay ». Sans pour autant dire qu’ils le sont, les gaymers peuvent dont se sentir blessés par le comportement de leur homologues hétéros. Quelques voix s’élèvent contre ces injustices mais le problème persiste. En effet la conception même d’un héros potentiellement gay à suffit à faire scandale et la violence de certains propos sont simplement scandaleux : « Je ne joue pas avec un PD », « Vous êtes tous des tantouzes », « Bande de gays ».

Dans The Sims 3 vous avez le choix entre un bear ou un minet 🙂

 

Du Côté Des Développeurs…

Les jeux vidéos représentent leur époque, par exemple, en ce moment, dans les jeux de guerre publiés par les développeurs américains, on doit combattre des extrémistes musulmans. Pour ce qui est de la vision des femmes et des gays, il en va de même. Si dans les années 80-90 la mode était aux femmes amoureuses et en détresse et aux gays cuir-moustache, les années 90 sont une période charnière. La femme devient plus indépendantes et les homos deviennent une minorité invisible. Si la femme devient de plus en plus forte et plus fière jusqu’au jeu Bayonetta (Platinium Game, 2009) présentant une femme hyper-sexuée et ultra-féministe dans le premier rôle, les gays restent minoritaires jusqu’à l’événement créer par Bioware avec Mass Effect 3 (Bioware, 2012) proposant au personnage principal d’être gay, hétéro, ou lesbienne. Coup marketing ou pas, le jeu inclut un héros potentiellement homo sans être une caricature. Il semble que Bioware n’ait cependant pas compris les revendications des gaymers puisque le jeu Star Wars : The Old Republic (Bioware, 2011), propose une planète gay, sorte de ghetto galactique que les joueurs homos comme hétéros trouvent de mauvais goût.
Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’un développeur fait un faux pas, les guildes et clans gays furent interdit sur World Of Warcraft (Blizzard, 2004) et les mots « gays, homosexuels, etc… » bannis du forum pour éviter les insultes mais cela empêchait aussi de parler du problème.

 

Conclusion…

Si Bioware et d’autres commencent à proposer des RPG et des options de plus ou moins bon goût, permettant une véritable immersion des gaymers, la communauté des joueurs n’est pas prête à faire de même. Les joueurs doivent apprendre à accepter les femmes et les gays afin que chacun profite au maximum de l’expérience vidéo-ludique. De plus, l’intolérance des joueurs fait défaut à la défense qu’ils font vis-à-vis des médias dominants qui incriminent de façon constante la pratique du jeu vidéo.

Publicité