La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Angry-Gaymer
Le Blog des Gais, Gaymers, et des Gamers de gauche
Actu | Culture | Jeu vidéo | 09.09.2015 - 17 h 00 | 0 COMMENTAIRES
Un Personnage Transgenre : Cremisius Aclassi, dans Dragon Age Inquisition

Étiquettes : , , , , , , , ,

Les jeux vidéos sont souvent avares en personnages transgenres. Bioware, dans Dragon Age Inquisition, a fait l’effort de mettre en avant Crem, de son vrai nom Cremisius, un guerrier qui peut rejoindre votre Inquisition. Comment le personnage transgenre est-il mise en avant ?

Pour la critique du jeu, c’est ici.

Pour un résumé du monde de Dragon Age,  c’est ici.

Biographie de Crem’ : Tévintide et Transgenre

Iron Bull est un Qunari

« Dans l’Empire Tévintide, si on n’est pas mage, on est rien. » Ainsi ce résume la doctrine politique de « l’Empire des mages ». Cremiscius est née femme, sans pouvoir magique, dans une société où les normes sexuelles sont extrêmement restrictives. Les femmes doivent enfantées, car les lignées magiques et l’héritage sont les fondements de cette société réactionnaire. Elevé comme une fille par une mère qui voulait que Crem épouse un marchand afin que la famille s’échappe de la misère, il finira par fuir cette vie. Il rejoindra l’armée Tevintide en tant qu’homme, les rôles féminins étant très restreints dans cette armée. (Ce n’est pas le cas dans le Sud du continent)
Durant quelques années, Crem officia comme soldat aux aptitudes martiales reconnues et admirées. Mais le guérisseur de l’armée découvrit son secret. La sentence pour cela était la mort ou l’esclavage. Crem s’échappa donc et rejoint une taverne où il fut sauver par un Qunari (Géant à cornes), Iron Bull, qui cherchait des profils pour organiser une entreprise de mercenariat. La Charge du Taureau était née.
Des années plus tard, les cieux furent déchirés par une magie ancestrale, et les Qunaris demandèrent à Iron Bull d’enquêter. La Charge Du Taureau, et donc Crem, finirent par rejoindre l’Inquisition du Seigneur Inquisiteur Lavellan (Vous).

 

Mon Inquisiteur

Mon Inquisiteur

Le traitement du Personnage : Parfait !
Crem est un PNJ donc non-jouable, mais il sera, néanmoins, très présent dans les quêtes de son supérieur, Iron Bull, qui est un proche de l’Inquisiteur. Iron Bull considère que Crem ayant le comportement d’un homme, c’est un homme. Cela s’explique par la culture des Qunaris. Dans le Qun (doctrine philosophique Qunari), les individus sont définis par leurs habitudes. Par exemple, le Qun donne des titres, mais pas de nom (symbole d’un héritage). Par conséquent Crem est un homme, car son comportement est celui d’un homme.
Pour l’Inquisiteur, vous avez comme toujours, le choix des dialogues. Vous pouvez être curieux, transphobe, tolérant, ou maladroit. Mon inquisiteur étant un elfe homosexuel n’ayant rien connu d’autre que son clan elfique, soit 50 personnes. Il est simplement curieux et tolérant. (il couche avec un humain, donc bon…)
Le comportement transphobe de votre inquisiteur en revanche aura un véritable effet sur le jeu. Le personnage d’Iron Bull désapprouvera votre comportement. (Ce qui veut dire, potentiellement moins de quêtes…) De plus si vous êtes transphobe, et qu’en plus, vous avez un comportement qui ne plaie pas à Iron Bull, La Charge Du Taureau peut quitter votre Inquisition. (Un compagnon, des dialogues, des cinématiques et des quêtes en moins…)

Une Romance dans le DLC Intrus (Spoilers)
Dans le dernier DLC, DAI : Intrus, deux ans après la fin du jeu, Crem et Iron Bull travaillent toujours pour l’Inquisition (normalement). Si Cole, l’esprit de bonté, est toujours l’un de vos compagnons, il aidera Crem à trouver l’amour en la personne d’une barde qui travaillait autrefois dans la taverne de Fort-Céleste. Une belle histoire d’amour et une belle histoire tout court 🙂

Conclusion : L’ingénieuse méthode de Bioware consiste à laisser au joueur le droit d’être transphobe mais le sanctionne pour ce choix. Cela permet de faire l’alliance entre la liberté de choisir qui font la force des franchises de Bioware et une politique pro-LGBT de l’entreprise. Il en va d’ailleurs de même, pour le mage homosexuel, Dorian Pavus. De tout façon, Dragon Age n’est pas une franchise pour les réactionnaires.

Culture | Jeu vidéo | 03.09.2015 - 19 h 16 | 0 COMMENTAIRES
Dragon Age : Inquisition (Critique)

Étiquettes : , , , , , ,

Bioware avait fait le pari en 2014, de faire l’alliance de son côté « LGBT-friendly » et du mot « Inquisition ». Aujourd’hui, je vous propose de découvrir la trame principale d’un jeu avec des personnages gays, lesbiens, et pour la première fois, transgenres ! (Et avec des dragons et des sorcières aussi…)

 

Oui, c’est vraiment le jeu. C’est beau, non ?

Rappel Historique : Les Guerres Mystiques
Dans le monde de Dragon Age, les mages sont des personnes dangereuses. Les capacités magiques viennent d’une affinité avec le monde des esprits, l’Immatériel. Mais cette affinité avec les esprits signifie, affinité, également, avec les démons. Pour cela, et depuis la chute de l’Empire des mages (Tevinter), les sorciers vivent dans des sanctuaires-prisons, les Cercles, sous la garde des templiers, des guerriers capables de combattre les sortilèges.
A la suite des événements de Dragon Age II, et à cause de l’oppressions des templiers sur les mages, les cercles ont implosé sur tout le continent. Désormais, une guerre entre les deux factions fait rage. Au milieu, la Chantrie (équivalent du Vatican) qui autrefois formait les templiers et administrait les cercles, n’à plus d’autorité que sur les civils. La Divine (ou Papesse) décide de mettre en place un Conclave, pour former une paix durable et un accord entre templiers et mages. Mais durant ce Conclave, une explosion d’essence magique détruit le temple, la Divine y meurt, et beaucoup de gens disparaissent.
Des heures plus tard, une plaie immense traverse le ciel, la Faille. Cette immense trou est une entrée pour les démons et les esprits vers le monde des hommes. De cette faille qui menace d’engloutir le monde réel, s’échappe alors un héros, vous. Et sur votre main, une marque semblable à la magie qui permet de maintenir la Faille ouverte…
Votre mission est simple, rétablir la paix, sauver le monde, et découvrir qui est derrière ces événements…

 

Les Thématiques : Foi, Sexualité, et Souvenirs Oubliés…

  • Bioware revient avec « Dragon Age : Inquisition » sur le concept de foi. C’est le thème central du jeu. L’athéisme est une option, comme la foi dans le Créateur, ou encore dans les Dieux Elfiques, mais les trois possibilitées sont questionnées durant le jeu. Les personnages secondaires vous demanderont d’ailleurs votre avis sur le sujet. De plus, votre avis sur l’état de la Chantrie aura un véritable impact sur l’issue du jeu. Vos opinions sur la religion impacteront véritablement le jeu.
  • La deuxième thématique, qui plaira aux Yaggeurs et Yaggeuses, c’est la sexualité. Vous pourrez avoir des échanges intéressants avec Iron Bull, un géant qui pratique le SM. Les discussions concernant l’homophobie à Tevinter avec Dorian, seront riches d’enseignements. N’oublions pas Sera, bien entendu, une elfe lesbienne à la langue plus pointue que les oreilles. Et bien entendu pour les joueurs de Dragon Age : Origins vous pourrez discuter avec la superbe Léliana, espionne bisexuelle, qui dit-on entretient des relations ambigües avec la Divine. (+ Point fort évident le personnage du mercenaire transgenre qu’est Crem)
  • Enfin la troisième thématique parlera de la limite entre réalités et légendes. Les ruines elfiques, peuple dont le passé est perdu depuis des siècles, seront des lieux de découvertes et de savoir. Morrigan, la sorcière de Dragon Age : Origins sera de retour pour vous apprendre de nombreuses choses sur la magie. Dans les DLC, c’est l’histoire cachée des nains qu’il faudra découvrir, et les secrets seront nombreux.

 

Le Scénario : Forces et Faiblesses (Sans Spoilers)
Il faut voir Dragon Age comme un brouillon pour le nouveau moteur du jeu. C’est donc la découverte et l’exploration de zones immenses et sublimes qui priment sur le scénario. Sans spoilers, le méchant est un McGuffin pour le gameplay. En gros, le scénario ne sert qu’à découvrir des décors, certes sublimes, mais sans véritables enjeux. Pour cette raison, le méchant ne fait que perdre tout au long du jeu. Les explications sur la plupart des événements sont du type « Ta gueule ! C’est magique ! » Heureusement le dernier quart du jeu rattrape les défauts du scénario. La scène finale est également très intéressante… Mais c’est à vous, de découvrir cette fameuse scène.

 

Le Gameplay : Dialogues, Combats, Exploration

Vous allez vous en souvenir des combats contre les dragons (qui sont immenses !)

  • Le gameplay des dialogues est le même depuis Dragon Age II, la roue de dialogue, et ça marche plutôt bien. Le problème, c’est que la faiblesse du scénario provoque des effets néfastes et logiques sur les dialogues qui deviennent parfois ineptes. Heureusement, découvrir les personnages secondaires est un vrai plaisir. Finalement, vos choix auront plus d’effets sur vos amis que sur la trame principale de l’histoire. Ce qui au final ne me dérange pas tellement, un homme seul ne change jamais l’Histoire.
  • Concernant les combats, les débutants apprécieront le mode « facile », même si pour les autres il apparait vite comme répétitif. Le mode « Normal » et les difficultés supérieures seront moins ennuyeux et vous obligeront à faire preuve d’une véritable stratégie, ce que Dragon Age II délaissait totalement. Le dosage entre « Jeu de rôle » et « Jeu d’action » est imparfait, mais néanmoins très bon. La distribution des compétences, par exemple, est très appréciable pour un novice, mais ne conviendra pas aux joueurs plus experimentés.
  • L’exploration, c’est clairement le point fort du jeu. Les décors sont juste sublimes. On a envie de prendre des bains dans l’eau cristalline des Marches Solitaires, et d’écraser les mouches qui sont dans l’écurie de Fort-Céleste. Les zones sont immenses, heureusement des montures sont disponibles : des chevaux, et des cerfs, et d’autres créatures exotiques (Mais toujours pas de dragons, snif !)

 

En Conclusion, Dragon Age : Inquisition est un jeu imparfait mais bon. Le scénario est médiocre et certaines quêtes sont creuses. Néanmoins, le reste est très bon. Bioware exploite les points forts de son nouveau moteur et corrige les erreurs de Dragon Age II, avec talent. Les personnages sont bien écrits mais il faut prendre le temps de les découvrir. Dragon Age : Inquisition est un jeu qui s’apprécie avec le temps et demande un investissement du joueur. Les questions que posent les personnages secondaires sont légitimes, dans un monde où la magie existe, cela veut-il dire que les dieux aussi ? Et vous vous en pensez quoi ?

Actu | Culture | Jeu vidéo | 03.07.2015 - 14 h 42 | 2 COMMENTAIRES
Mass Effect : Les Nouvelles de l’E3 2015

Étiquettes : , , , , , , ,

Bioware, le studio de jeu vidéo LGBT-friendly par excellence, reviendra en 2016, avec un nouvel opus de sa célèbre saga de science-fiction. Les quelques news de l’E3, et les petites choses que le nouveau jeu pourrait faire apparaître, c’est ici. (Spoilers sur la fin de Mass Effect 3 dans cet article.)

_____________________________________________________

La fin de Mass Effect 3 laisse encore un amer souvenir dans les mémoires des joueurs du monde entier. Pour rappel, c’était la fin du commandant Shepard, la fin du personnage qui était une partie de vous. Vous l’aviez fait femme ou homme, vous l’aviez fait pragmatique ou conciliant, vous l’aviez fait choisir entre la survie d’un coéquipier contre la mort d’un autre. Après une centaine d’heures de jeu, vous aviez un dernier choix à faire, sachant que dans tous les cas, la vie de votre commandant Shepard en serait le coût.
Mais Mass Effect revient de l’E3 avec une première bande-annonce que les joueurs attendaient avec impatience.

Mass Effect : Andromeda, Une nouvelle Galaxie

Un artwork de Mass Effect : Andromeda

Le scénario de Mass Effect : Andromeda commence après Mass Effect 3, longtemps après, selon certaines sources. La nouvelle galaxie ne sera plus la nôtre, comme dans les premiers opus, mais la galaxie d’Andromède. Voici quelques gros changements qui en vérité, pour Bioware, sont des contournements des problèmes liés aux différentes fins de Mass Effect 3. A la fin du dernier jeu, les conséquences de vos choix étaient si arbitraires et si totales, qu’elles modifiaient profondément le sort de la totalité de la galaxie. Le studio, pour faire des suites cohérentes et directes aurait été contraint de faire des jeux différents pour chaque fins possibles, à savoir 3 jeux (la quatrième fin, étant un Game Over.)

En prenant une distance temporelle et géographique avec les fins de Mass Effect 3, Bioware feinte ingénieusement pour pouvoir mieux rebondir.
Le but est aussi de faire de l’exploration des planètes, un point central du jeu. Dans la première saga Mass Effect, la quasi-totalité des planètes avaient été visité ou colonisé avant que l’on visite, nous-mêmes, l’endroit. Les descriptifs des planètes donnaient toujours un nombre de détails hallucinants, alors que les planètes étaient souvent vides. En ouvrant la licence à une nouvelle galaxie, Bioware pourra faire de l’exploration et de la découverte un véritable plaisir semblable à celui de poser le pied sur la Lune.
On sait déjà qu’il y aura de nouvelles espèces extraterrestres qui viendront grandir l’univers des jeux, mais chaque planète représente autant d’écosystème que les développeurs peuvent imaginer. Espérons que Bioware fera plus d’effort sur le décorum que dans la première saga, où les environnements étaient souvent pauvres en détails.

Des Personnages LGBT-friendly ? Oui, évidemment.

Dragon Age : Inquisition, le dernier jeu des studios qui produisent la saga Mass Effect présentait une diversité toujours plus grande de genre et de sexualité. Les studios commencaient même à aborder le thème de l’homophobie à travers le personnage de Dorian. On peut donc avoir quelques espoirs pour Mass Effect : Andromeda. Un collègue transgenre, pourquoi pas ? Dragon Age ouvrait la voie, Mass Effect pourrait faire de même, après tout. Mais il est aussi possible que les polémiques et la haine des joueurs homophobes refroidissent Electronic Arts, producteur et éditeur, réputée pour être une entreprise aux comportements très douteux.
On est pas non plus à l’abri des fautes de mauvais goût de la part de Bioware. Les joueurs de MMO se souviendront de la planète ghetto pour les LGBT dans « Stars Wars : The Old Républic », même si le studio semble avoir compris son erreur depuis. De plus, si Bioware était, à la base, un studio unique, depuis le rachat par EA, plusieurs studios utilisent ce nom, sans avoir nécessairement les mêmes méthodes de travail que le studio d’origine. C’est comme cela que Dragon Age II, devint le jeu ennuyeux, moyen, voir mauvais, qu’on connaît.

Ni Gameplay, Ni Personnages

Le nouveau trailer disponible depuis l’E3 ne présente malheureusement, aucune phase de jeu. C’est problématique pour un jeu vidéo. Plus problématique encore pour Bioware, qui s’appuie souvent dessus, les personnages sont absents. Le personnage présent  dans cette bande annonce, n’est même pas votre personnage jouable.
Quelques informations seront révélées vers la fin de l’année 2015. Le jeu, lui, devrait être disponible, à la fin de l’année 2016. Espérons que le jeu sera à la hauteur de la première trilogie.

Actu | Culture | Jeu vidéo | 25.02.2015 - 18 h 28 | 0 COMMENTAIRES
Dragon Age – Sociologie d’un monde LGBT

Étiquettes : , , , , , , ,

Dragon Age – Inquisition, est le troisième volet de la saga de Bioware et le premier jeu vidéo à recevoir un prix GLAAD. Retour sur le monde de Bioware, et sur la construction sociologique de ce monde alternatif. 

Et Si Jésus est une femme

Chez nous, l’image du fils de Dieu, est celui d’un homme, Jésus Christ. Dans Dragon Age, ce n’est pas le fils de Dieu, mais « l’épouse du Créateur » qui est l’objet de

L’épouse du Créateur

dévotion. La légende dit qu’Andraste, libéra les esclaves d’un empire tyrannique dirigé par des mages sombres, avec l’aide du Créateur, qui était tombé amoureux de sa voix.
La Bible devient dans le jeu « Le Cantique De La Lumière » et les prêtresses sont souvent des femmes. En vérité, dans la gradation de cette église, les hommes restent en bas de l’échelle. Les femmes, elles, deviennent révérende-mères et parfois l’une d’entre-elles devient La Divine, équivalente du pape dans notre monde. 
L’église n’en reste pas moins aussi sectaire que l’église catholique durant le moyen âge. Les Marches Exaltées, ordonnées par différentes Divines, ne sont ni plus, ni moins que des croisades, contre les elfes notamment. Les mages, qui sont dangereux et font peurs à la plupart des individus, sont enfermés dans des tours, d’où ils ne sortent jamais. Ils sont gardés par les templiers qui sont sous les ordres du clergé qu’on nomme La Chantrie.

Des Hommes et Des Femmes Pour Défendre Le Monde

  • Les Gardes des Ombres sont les combattants les plus célèbres de Dragon Age. Ils sauvèrent le monde de nombreuses fois. Ils sont la force qui combat les engeances, des créateurs corrompues qui lorsqu’elles découvrent un dragon endormi, le transforme en archidémon. L’archidémon devient alors le chef de cette horde, et guidée par lui, les créatures déferlent sur le monde.
    Les Gardes Des Ombres accueillent toutes les races et tous les sexes, et toutes les sexualités. La raison est en réalité assez simple et remonte à la création de la garde qui fut l’union des nains, des elfes et des hommes pour combattre les premières engeances. De plus, le rituel d’intronisation est très dangereux et on compte de nombreuses pertes. L’exclusion de la garde, des femmes, par exemple, donc de 50% de la population, causerait une baisse trop importante dans des effectifs déjà très réduits.
  • Pour les templiers, qui gardent les mages, la raison est probablement du côté de la religion, car ils sont sous les ordres du clergé. En effet, d’après Dragon Age II, les femmes sont présentes dans la garde, mais ils semblent que celles-ci grimpent plus facilement les différents grades. En effet, malgré le nombre beaucoup plus important d’hommes, c’est bien le capitaine Mérédith qui dirige les templiers de la ville de Kirkwall, alors qu’elle est dangereusement incompétente. On peut aussi citer la branche des templiers, les chercheurs de vérité, dont Cassandra, l’un des personnages de Dragon Age fut une figure importante.

Le racisme elfique – Héritage Culturel

  • Bien que les légendes comptent que les elfes étaient autrefois des êtres immortels, aujourd’hui, ils ne sont que des citoyens de secondes zones. C’est l’héritage culturel, de l’empire Tévintide, l’empire des mages du sang, qui réduisit le peuple entier en esclavage durant des siècles qui produit ce racisme. Malgré la libération des esclaves par Andraste, les choses n’ont pas changé pour les elfes. Ils vivent dans des ghettos en ville,ou en peuplades nomades dans les forêts.
  • La seconde source de ce racisme, ceux sont les Croisades ou Marches Exaltées, contre les elfes. A la fin de la révolte des esclaves, les elfes retournèrent vers leurs anciens dieux, alors que les hommes créaient La Chantrie d’Andraste. Des siècles plus tard, La Chantrie lança une marche exaltée contre les elfes païens.

La société naine – Une société de caste

Les nains sont la société qui fréquente le moins les autres races. Vivre à l’air libre est une honte chez ces petits êtres. Ils vivent sous terre, dans un combat permanent avec les engeances.

Une maison naine.

La société naine est constituée de castes qui sont plus ou moins importantes, des nobles aux parias. Il est impossible de changer de castes. En revanche, on peut devenir un Haut : un ancêtre vivant, qui sont des héros respectés et vénérés par les autres nains. Les Hauts peuvent venir de toutes les castes sans distinctions et pèsent sur la politique. L’inventeur des golems, Caridin, fut un Haut.

La dernière cité naine, Orzammar, à une organisation urbaine intéressante. Construite dans la cheminée d’un volcan, les différents étages correspondent aux différentes castes. Plus on est proche de la surface, plus on est important. La raison est simple, c’est que la culture naine considère que les castes les moins nobles sont aussi les plus nécessaires et ne doivent donc pas avoir un accès facile à la surface.
Pour retenir les nains sous terre, une légende dit que ceux qui quittent les tréfonds de la terre, sont aspirés par le ciel.

LGBT – Le monde de Dragon Age, est-il cohérent ?

Dans un monde médiéval comme celui de Dragon Age, avec une église aussi importante que l’église catholique, pourquoi la sexualité n’est pas un problème ?

Hawke et Anders, votre histoire d’amour ?

L’explication semble venir encore du fait que le prophète soit une femme, mais aussi d’héritages culturels divers. En Orlais, en Ferelden et dans les Marches Libres, les différentes sexualités sont  acceptées. La ville d’Antiva, une cité indépendante, encourage même la bisexualité. Hors la religion est très présente dans ces endroits. L’Empire Tévintide est le lieu où la Chantrie est la plus faible et c’est là qu’on trouve le plus d’homophobie. L’obsession de la puissance par les mages de l’empire, magie qui se transmet par le sang, est aussi une explication de l’homophobie. On peut ainsi dire que dans ce monde, plus le besoin d’héritage est important dans une société, plus l’homophobie est présente. C’est le cas pour Ferelden ou l’homosexualité est acceptée et où un bâtard royal accède très facilement au trône.

Les nains ne condamnent pas légalement l’homosexualité, mais il semble qu’elle ne soit pas très bien vue. La Haute Branka était  mariée mais avait des relations lesbiennes avec son capitaine, en secret. De plus Oghren, un compagnon de route du héros, semble très surpris de voir des relations entre hommes.

Actu | Culture | Jeu vidéo | 17.07.2014 - 22 h 30 | 1 COMMENTAIRES
Un Mage Homosexuel dans Dragon Age 3

Étiquettes : , , , , , , ,

Il n’y a que Bioware qui arrive à faire une alliance harmonieuse entre les mots “Inquisition” et “Homosexualité”. Le premier personnage secondaire jouable homosexuel, vient de faire une entrée remarquée dans le monde du jeu vidéo et c’est bien entendu une des licences les plus gay-friendly qui remporte la palme.

Dragon Age : L’histoire d’un continent

Fenris, une romance pour homme et femme dans DA 2

 

C’est sur le continent de Thédas que l’histoire de Dragon Age prends place depuis le premier opus. Dragon Age : Origins comptait l’histoire du Héros de Ferelden qui combattit l’invasion des engeances, des monstruosités venues des confins de la terre et qui envahirent le pays au Sud-Est du continent. C’était il y a dix ans, depuis les choses ont bien changé. Et pour cause, Dragon Age II racontait l’histoire du Héraut de Kirkwall. Kirkwall, une cité qui fut à l’origine du chaos que Thédas connait aujourd’hui.
Alors que la guerre entre les templiers et les mages enflamme le continent, le ciel s’ouvre en deux, et une faille magique et mystérieuse, menace désormais tous les factions en guerre. Les anciens alliés du Héros de Ferelden et du Héraut de Kirkwall, ainsi que de nombreux autres personnages vont devoir faire alliance pour sauver le monde.

 

Dorian Pavus

Dorian, un mage et un paria
L’un de ses personnages est Dorian Pavus, un mage.
Sur les terres de Thédas, rares sont les contrées où les mages peuvent être libres et heureux. Les cercles de mage étaient des prisons pour ces parias qui ne voyaient jamais la lumière du jour, sauf en de rares occasions. Mais désormais les mages sont en guerre contre leurs anciens geôliers, les templiers. Pourtant Dorian semble extérieur à cette histoire. L’empire Tévintide compose sa noblesse uniquement avec des mages. Ce n’est donc pas un paria par sa magie, mais par tous le reste.

L’Empire Tévintide est un lieu d’esclavage, où ceux-ci sont consommés en quantité, notamment lors de sacrifices humains qu’on nomme magie du sang. Dorian refuse ces pratiques barbares, bien qu’issu d’une haute noblesse tévintide, ce qui fera de lui un paria, mais l’Empire semble aussi être particulièrement homophobe, ce qui n’arrange rien.

Au terme de cet affrontement avec ses origines, Dorian se retrouvera face à face avec votre personnage, l’Inquisiteur, qui est en charge de rétablir l’ordre et la paix dans ce monde chaotique. 

 Des personnages bisexuels

C’est finalement, le premier personnage homosexuel de la licence. Zevran et Leliana étaient bisexuels dans le premier opus, comme la totalité du casting du second opus, d’ailleurs. Mais c’est surtout le premier personnage originellement homosexuel et qui prendra une part aussi importante dans l’histoire. Même dans Mass Effect 3, Cortez, le pilote gay de la navette n’était pas jouable. Notons pour les demoiselles de Yagg que Leliana, la mystérieuse et envoûtante barde sera de retour dans cet opus.

Publicité