La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Angry-Gaymer
Le Blog des Gais, Gaymers, et des Gamers de gauche
Dernier Billet
Actu | Politique | 24.01.2017 - 14 h 44 | 0 COMMENTAIRES
Pourquoi je vote Mélenchon ?
Étiquettes : , , , , , , , ,

En 2012, beaucoup de jeunes, et de moins jeunes, imaginaient que la gauche était arrivée au pouvoir. Aujourd’hui, nous savons tous que c’était une erreur monumentale. Pourtant, certains considèrent que le vote « Mélenchon » est par trop radical. Par conséquent, j’aimerais expliquer ce choix, qui sera aussi le mien.

Je suis de gauche, donc je ne vote pas socialiste.
Pour comprendre, pourquoi, certains, beaucoup peut-être, font le choix de « l’Avenir en Commun », il faut considérer de manière objectif le bilan du parti socialiste. Le bilan du gouvernement est déjà fait et il est plutôt lourd. Le quinquennat commença avec la non-renégociation des traités européens et s’acheva avec la loi Travail. Entre les deux nous avons eut, en vrac, la loi Renseignement, le maintien de l’État d’Urgence, le CICE, la loi Macron, la directive sur le secrets des affaires, les projets TAFTA et CETA, etc… Les parlementaires dont Benoit Hamon, ne peuvent pas être exempter de ce bilan. Sur la loi Travail, Benoit Hamon n’a pas signer la motion de censure de la gauche, par exemple. Il est aussi responsable du maintien inutile (selon un rapport parlementaire), de l’Etat d’Urgence sur l’ensemble du territoire français. De plus, candidat du Parti Socialiste, il aura derrière lui, les mêmes députés, et les sénateurs qui apportèrent leur soutien à la déchéance de nationalité de Valls et Hollande.
Je suis mal à l’aise avec le fait que mon vote, durant la présidentielle puis aux législatives, car c’est désormais une seule campagne, avalise ces comportements droitiers, voir extrême-droitiers. De plus, ce n’est pas en votant pour les mêmes qu’on pourra leur faire comprendre leurs trop nombreuses erreurs.
Dès lors, il ne reste plus d’autres options réalistes que Mélenchon. En premier lieu, car Macron n’est pas de gauche, il est exactement comme Valls, la dérive sécuritaire en moins. Emmanuel Macron, n’est pas écologiste, il est méprisant avec les ouvriers, et ses soutiens sont pour la plupart des banquiers d’affaires, des grands bourgeois ou des économistes vendus à la finance. Rappelons qu’il compte dans ces soutiens des gens aussi sympathiques que Xavier Niel (responsable du licenciement d’Aude Lancelin) ou Alain Minc (En 2008 : « Le marché est très résiliant. ») et compte parmi ces amis, le président du MEDEF, Bernard Gattaz.

Mélenchon et le procès en sainteté.
J’aimerais ici considérer, et analyser, les nombreux procès qui sont fait à Jean-Luc Mélenchon de manière régulière de la part, notamment, des électeurs socialistes.
La première attaque régulière, c’est bien entendu, sur son caractère sanguin. Une chose qui n’est plus présente depuis 2016, dans son discours. Plus sage et plus calme mais toujours aussi bon tribun, il n’est plus le colérique de 2012, et réponds avec le sourire aux journalistes. Cette attaque n’a donc plus lieu d’être, surtout quand on compte dans son parti, un Manuel Valls dont plusieurs colères à l’Assemblée Nationale sont désormais célèbres.
La deuxième attaque, c’est sur son appréciation des événements en Amérique Latine, et notamment concernant Chavez ou son hommage à Fidel Castro. Cette attaque est justifiée, et sa position me dérange également, bien qu’elle soit plus nuancée que ce qu’en disent certains. Au regard de la grande histoire, dans les deux pays, les dictatures socialistes furent un progrès, ce qui de notre point de vue, est bien entendu désolant. Finalement le vrai reproche à faire, ce n’est pas l’hommage, mais le fait de ne pas également avoir rendu hommage aux minorités victimes de ce système. Mais soyons aussi lucide, il n’est pas rare de voir des candidats de gauche fréquentant des infréquentables. François Hollande avait offert la Légion d’Honneur au prince d’Arabie-Saoudite, pays de dictature avec lequel Jean-Marie Le Guen, également socialiste, semble avoir des accointances. Ce n’est pas une excuse, mais c’est une attaque que l’on peut faire à de nombreux hommes politiques, dont Mélenchon, et c’est peut-être ça, le plus triste finalement.
La troisième attaque contre Monsieur Mélenchon, c’est le fait d’être contre l’Europe et de vouloir en sortir. En réalité, les choses sont plus complexes. Mélenchon souhaite la renégociation des traités européens afin d’y introduire de nombreuses dispositions plus sociales et dans supprimer d’autres, notamment la libre circulation des capitaux. Or, la France sera face au « mur de Berlin » dans ces négociations, et devra donc mettre tout son poids dedans, conséquence de quoi la sortie doit rester une possibilité. Mais la sortie de l’UE n’est pas un drame, elle impose juste d’établir des traités bilatéraux avec les différents pays de la zone, comme la Grande-Bretagne s’emploie actuellement à le faire. Enfin, il sera toujours possible de construire une autre Union Européenne sur les cendres de celle-ci, beaucoup plus orientées vers la défenses des populations que vers la technocraties et le lobbying.
La quatrième, et dernière attaque, est sa position sur la Syrie. C’est une position de neutralité absolue et de dialogue. Il est prêt à discuter avec tout le monde, y compris les russes, malgré le fait que ceux-ci soient co-responsable de l’état actuel d’Alep. Le but est de former une véritable coalition contre les groupes terroristes. Honnêtement, je ne connais pas parfaitement le sujet, et certains articles me laissent penser que cette position doit être corriger, mais néanmoins, je préfère une position neutre avec la Russie, plutôt qu’un copinage malsain comme ce que l’on fait au Front National avec Poutine et Trump, ou au Parti Socialiste où c’est à celui qui insultera le mieux les dirigeants russes.
Il y a bien entendu d’autres positions qui sont discutables chez lui, notamment le fait qu’il soit défavorable au Conseil Représentatif des Associations Noirs. C’est une position que je peux objectivement comprendre quand on voit la place que le CRIF prends depuis de nombreuses années, mais le CRAN n’est pas le CRIF, et Mélenchon pourrait sans doute changer d’avis sur le sujet. Mais dans l’absolu, être défavorable ne signifie pas interdire.

Voter Mélenchon : Les bonnes raisons.
Jean-Luc Mélenchon n’est donc clairement pas un saint, et certaines de ses positions sont discutables et discutées. Il ne faut pas croire que La France Insoumise est une sorte de secte soutenant religieusement toutes les positions de son leader. Ce serait une erreur grossière que le PCF, membre de la France Insoumise, corrigera rapidement pour vous. Malgré tout, le programme « l’Avenir en Commun » est plein de bonnes idées.
En premier lieu, le programme est très écologique. Il prévoit notamment de fermer les centrales nucléaires devenues, pour certaines extrêmement dangereuses, et d’ouvrir la voie aux hydroliennes notamment et plus généralement, aux énergies vertes. Le programme expose également un plan de réforme de l’agriculture s’appuyant sur les conseils de la confédération paysanne, pour une industrie agroalimentaire beaucoup plus saine et d’une bien meilleur qualité.
Le deuxième point fort du programme est la dimension sociale de celui-ci. La mesure la plus notable est sans doute la revitalisation de la sécurité sociale, inspirée par celle d’Alsace-Moselle, réputée beaucoup plus efficace que dans le reste de la France. Mais aussi un vrai pouvoir dans les entreprises, pour les salariés, notamment en aidant ceux-ci à racheter leur outils de travail quand les actionnaires abandonnent le navire comme ce fut le cas dans de nombreuses usines, ces dernières années.
Un autre point intéressant est la question des privatisations d’entreprises publics comme la SNCF ou EDF où les autoroutes quasi-données à VINCI. La France Insoumise est contre, en premier lieu, car c’est très coûteux à la société civil, ensuite car ces entreprises n’entretiennent pas correctement les rails ou autoroutes confiés à leur soin, et que cela engendre des risques d’accident qui ne sont pas acceptables.
Ces quelques points symboliques (le programme fait 300 pages), mettent en avant le projet derrière l’Avenir en Commun, une société plus juste, plus verte avec une France innovante. Alors non, Mélenchon n’est pas parfait, je le sais, il le sait, tout le monde le sait, mais qui peut prétendre l’être. Son programme est, au moins, construit et cohérent. Il est favori dans les sondages, à gauche, il n’est pas un ancien ministre de Hollande et n’a donc pas à s’encombrer du poids des cinq dernières années qui tueront la candidature socialiste, comme elles viennent de tuer Valls à la primaire. Surtout que les cafouillages dans les chiffres feront sans doute de l’ombre au vainqueur de cette Belle Alliance Impopulaire…
Enfin en tant que LGBT+, je suis heureux de voir qu’un livret thématique sera spécialement développer et disponible en Février, il devrait contenir quelques mesures dont :

-Défense de la laicité contre les pressions des églises
-Egalité des droits entre couples pacsés et mariés y compris à l’occasion
du décès du partenaire (funérailles, succession, pension de réversion…)
-Etablissement de la filiation par reconnaissance comme principe par défaut
-Ouverture de l’adoption à tous les couples, mariés ou non, puisqu’un célibataire peut déjà adopter
-Identité de genre : changement d’état civil libre et gratuit
-Droit à la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes
-Plan de lutte contre les violences et discriminations fondées sur le genre ou l’orientation sexuelle

Pour toutes ces raisons, cette année, je vais choisir Jean-Luc Mélenchon, à la présidentielle. Libre à vous de faire de même ou non, mais au moins, vous savez pourquoi les gens votent pour lui, maintenant.

LES réactions (0)
Pourquoi je vote Mélenchon ?

ajouteZ VOTRE réaction
Publicité